Cinq jours tranquilles dans les gorges du Verdon .... 12 participants.

Nous avons un peu modifié le programme des randonnées. Le premier jour, compte tenu d'une arrivée tardive au milieu d'un trafic routier dense. Le dernier jour, pour profiter au mieux du Verdon et satisfaire l'envie de baignade du groupe.

Jour 1 : Nous sommes arrivés au chalet de la Maline, à la Palud sur Verdon, vers 16h00 et après avoir déchargé  nos affaires nous sommes descendus vers l'entrée du sentier Blanc Martel. Le temps dont nous disposions a été consacré à une baignade assez courte dans l'eau rafraîchissante du Verdon. Bien agréable après 9 heures de route. Petite rando de 5 km et 500 m de dénivelé pour remonter au gîte où la bière avait eu le temps de se refroidir et d'être aussi fraîche que l'eau du Verdon. Très bon accueil au gîte de la Maline. Repas simple mais bon et propre à reconstituer nos forces. Nous logions dans un bâtiment annexe au gîte. La douche, dont  l'eau était dispensée avec une très grande parcimonie, était à peu près glacée. Cependant il semble que l'on soit sur le point  d'inventer l'eau chaude dans le Verdon, car certains ont eu droit à une douche écossaise.

Jour 2 : Au programme l'incontournable sentier de l'Imbut, suivi d'une remontée par le sentier Vidal, après quoi nous avons rejoint l'auberge des cavaliers via le GR 99, puis redescente au niveau du Verdon à la passerelle de l'Estellier et enfin remontée au gîte par le même sentier que la veille.
Randonnée sans histoire largement ponctuée d'arrêts photos ou autres, mais nous ne sommes pas pressés.
C'est incontestablement une très belle randonnée, égayée par les reflets qui dansent à la surface de l'eau, les formes étranges de certains arbres, la roche aussi déchiquetée qu'il est possible en certains endroits, lisse et polie par le temps en d'autres ... Nous avons déjeuné à la plage de Baou béni, croisé le  Styx, poursuivi le Verdon presque jusque là où il disparaît dans un tunnel pour resurgir 300 mètres plus loin.
Un arrêt à l'auberge des cavaliers pour la bière ainsi qu'au spot baignade que nous avons trouvé hier ont agrémentés la journée. Retour au gîte vers 18h15.

Jour 3 : Une randonnée bien différente aujourd'hui de celle d'hier. Une grande partie hors sentier, un couloir à trouver et à remonter. De la recherche d'itinéraire pas toujours fructueuse. Trois sommets au programme et une longue arrête facile.
Nous partons de Blieux pour 20 km et 1100 m de dénivelé en direction du portail de Blieux, col entre le Chiran  (1905 m) où se trouve un ancien observatoire et le grand Mourre (1898 m). Arrivés au portail, nous quittons le sentier et montons sous le grand Mourre. Le couloir facile à trouver et muni de bons gradins nous permet d'atteindre le grand Mourre où nous déjeunons au soleil. Vient ensuite la traversée ; petit Mourre (1874 m) puis Mourre de Chanier (1930 m) qui est le point culminant du parc du Verdon, panorama à 360°. La descente par l'arête sud-est devait nous amener à un sentier ... que nous ne trouvons pas directement mais rejoignons un peu plus loin à travers la pampa.
Enfin, retour vers Blieux par ce sentier. La fatigue commence à se faire sentir, aussi une partie du groupe part devant, récupérer les véhicules et les amener  à Thon, petit village sur le sentier, économisant  3 km de marche au reste du groupe.
Nous sommes arrivés au gîte juste à temps pour le dîner. Mais le paysage en valait la peine.

Jour 4 : Comme une redite de la précédente, la  traversée du Pioulet (1744 m) par la crête de Bernebé et la crête des traversières est une   longue traversée, certes avec vue sur des  paysages grandioses, mais au milieu des buis et des lapiaz. 15 km et 1000 m de dénivelé. Le départ est à Chasteuil et le chemin monte en direction de Colle Basse (1446 m) où nous le quittons et  rejoignons à travers des buis et sur une pente relativement raide la crête de Bernebé. L'arête serait facile si ce n'était une recherche permanente d'un passage à  travers les buis. Il n'y a évidemment ni sentier ni même de cairn depuis Colle Basse.

Cependant nous déjeunons peu avant le Pioulet dans un paysage idyllique, bien à l'abri du vent dont les rafales se déchaînent parfois sur la crête sauvage, chassant les nuages et invitant le ciel bleu de Provence.
Le sommet du Pioulet est atteint assez facilement et de ce point nous voyons notre trajet d'hier ... et ce qu'il aurait fallu faire pour rejoindre facilement le sentier de descente ...
C'est la fin des buis et nous continuons sur une arête plus dénudée et moins caillouteuse jusqu'à descendre en direction du point ou nous allons croiser notre chemin de retour. Il s'agit en fait du même chemin que nous avons eu du mal à  trouver hier, que nous prenons cette fois dans l'autre sens en direction de Chasteuil.
Une descente au milieu d'un paysage jadis cultivé par l'homme où subsistent de nombreux murets et clapiers. Paysage émaillé   de gros pieds de lavande en pleine floraison, ressources de nos anciens qui les vendaient aux colporteurs à destination des parfumeurs de Grasse.
Ce n'était pas une randonnée facile et il faut saluer le courage du groupe qui a affronté buis et lapiaz sans la moindre plainte.
La bière nous attendait au gîte à notre retour.

Jour 5 : Retour dans les gorges et  parmi la foule (Nous n'avons vu personne les deux précédents jours) avec le sentier Blanc Martel, autre incontournable du site.
Nous cheminons au long du Verdon, la plupart du temps en vires. Le chemin est facilité avec des rampes, des escaliers, échelles, dont l'une de 150 m et tunnels. Le train est rapide et laisse peu de temps à la rêverie. Beaucoup de randonneurs ou touristes cheminent sur ce sentier dont les points de vue sur le Verdon s'échelonnent régulièrement. Majestueux murs de calcaire aux couleurs ocres et blanche, lumineux, presque aveuglants, contrastant avec les teintes sombres que le regard rencontre lorsqu'il plonge vers le bas, pour atteindre enfin les verts mêlés aux reflets de falaise du torrent. De petits hommes s'agitent en bas, du canyoning ou de l'aquarando et leurs voix nous parviennent.
Nous marchons tantôt largement au dessus du Verdon, tantôt à proximité et c'est l'occasion de la dernière baignade (l'eau est froide) sur une petite plage ou nous prenons le temps  de déjeuner.
Nous avions laissé le minibus et une voiture au parking du couloir Samson situé sur le sentier, en dessous du point sublime. C'est là que s'achève notre randonnée. Mais nous ne manquons pas de retourner à La Palud prendre une bière avant le départ.


Photos à suivre.

ET

 


 

Date de début : samedi 10 juillet 2021

Nombre de jours : 5

Lieu : Verdon / Provence

Nombre de participants : 12

Voir la sortie sur le calendrier

31 Juil 2021
06:30 - 20:00
Week-End Beaufortain
14 Aoû 2021
06:30 - 20:00
Week-End Bauges
04 Sep 2021
06:30 - 20:00
Quart de Tour du Thabor